Regards d’ailleurs

Une route de rencontres

Deuxième mois au Népal, à 4

Enregistré dans : Actualité, Népal — Jen at 6:22 am on Samedi, mai 5, 2007

31 mars, 5h. Le réveil sonne. Nous partons pour l’aéroport, chercher mes parents qui arrivent pour trois semaines.

Relation parents-enfants

Leur séjour est prévu depuis longtemps déjà. J’ai eu le temps d’y réfléchir, de me mettre à leur place pour imaginer leurs attentes,l’état d’esprit dans lequel ils arrivent… Pour le programme, ils nous font confiance. Papa et Maman nous ont toujours impliquées, ma soeur et moi, dans l’organisation des vacances. Cette fois-ci, je ne suis pas impliquée mais responsable (Seb est là aussi quand même !). Je réalise concrètement que j’apporte des choses à mes parents. La relation qui m’unit à eux n’est plus unilatérale (même si eux diront qu’elle ne l’a jamais été, normal, ce sont mes parents…).

Le programme des trois semaines

Que faire alors pendant ces trois semaines ? Il faut trouver le juste milieu entre le marathon touristique et l’immobilisme total dû au simple bonheur d’être ensemble. Est-ce égoïste de proposer un simple lemon tea sur le toit de la guest house alors qu’il reste des tas de choses à voir et faire ?…
On remplit quand même plutôt bien ces trois semaines : 8j de trek aux lacs de Gosaikund, visite de Kathmandu (Durbar square ; le vieux centre, freak street : la rue hippie d’il y a 30 ans, devenue complètement banale, et pourtant, les Beatles étaient là !, Thamel : le quartier touristique…) et de sa vallée (les stupas de Bodnath et Swayambu, Patan et ses temples, Nagarkot, d’où la vue sur l’Himalaya est superbe lorsque les nuages daignent s’en éloigner). Et bien sûr, Bhaktapur, qui s’anime tous les soirs à l’occasion du nouvel an népalais (un festival de 10 jours, plutôt impressionnant).

Echange de regards

Voir un pays, c’est bien, mais le regarder et le vivre, c’est mieux. Je suis contente de pouvoir faire découvrir “de l’intérieur” le Népal aux parents : réveillonner le jour de l’an chez la famille d’Indra, préparer le trek avec Syam, l’ancien guide de montagne reconverti en vendeur de châles avec qui l’on a sympathisé… Profiter de notre mois passé à Bhaktapur pour ne pas être un mouton dans le troupeau de touristes (ou un peu moins…).
Papa et Maman ont aussi l’occasion (non prévue et non voulue) de s’immerger l’espace d’une grosse après-midi dans la vie du voyageur : acheter un billet d’avion Kathmandu - Hong Kong ne paraissait pourtant pas compliqué, c’était sans prendre en compte que l’on était au Népal !
De notre côté, on profite du regard nouveau que nous apportent Papa et Maman pour s’émerveiller à nouveau de notre quotidien que l’on avait trop banalisé : le temple de Nyatapola à cinq toits que l’on voit dès que l’on sort de la chambre, le marché bi-journalier de la place Taumadhi… On reprend conscience de notre chance de réaliser notre rêve…

Bouffée de France

Voilà 6 mois que nous sommes hors des frontières françaises. Papa et Maman amènent avec eux un bout du pays : des histoires de leur quotidien, presque devenues extraordinaires à nos yeux (un repas de famille, les bébés nageurs…), des débats d’actualité et surtout un paquet miraculeux : reblochon, chèvre, cantal, chocolat et tisane menthe - réglisse… un régal !

Derniers jours au Népal

Papa et Maman sont partis. Les coupures d’électricité de l’aéroport ne les ont même pas retardés !
Il nous reste cinq jours au Népal. C’est bientôt un chapitre qui se termine, celui des trois mois passés dans le sous-continent indien. Et comme à chaque nouvelle page, la crainte remonte en moi. Se relancer dans l’inconnu alors que l’on est enfin familiarisé à l’inconnu d’hier. Les a priori négatifs prennent toujours le dessus des positifs : les chinois qui ne parlent que chinois, ce gouvernement qui interdit à son peuple d’accueillir des étrangers chez lui… alors qu’on pourrait retenir une phrase de Val (”qui ne joue pas n’est pas chinois”), la cuisine variée et savoureuse ou la grande muraille. L’esprit joue parfois des tours.
Comme une dernière preuve de la simplicité du Népal, Thai Airlines ne fait aucun souci avec nos kilos supplémentaires : ils pèsent 33 kg de sacoches, et embarquent les vélos sans se soucier de leurs 32kg. On est en dessous des 40 kg autorisés… C’est légers que nous partons vers Hong Kong.
Bon vent…

Pas de commentaire »

Fil RSS des commentaires pour cet article. URI de Trackback

Laissez un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>