Regards d’ailleurs

Une route de rencontres

Du 2 au 10 Octobre : Grenoble-Toulon

Enregistré dans : Actualité, France — seb at 9:47 pm on Jeudi, octobre 19, 2006

Départ de Grenoble

La première tentative mardi midi n’est pas la bonne puisqu’une tempête se déchaîne à l’heure précise du départ. Faut-il partir quand même pour montrer que nous n’avons pas peur de la pluie ? Les gens qui sont au rendez-vous pour nous voir partir n’en ont pas eu peur. Ca nous fait très plaisir de les voir, de savoir qu’ils nous soutiennent, qu’ils nous attendent à notre retour.

Nous partons finalement sous le soleil du lendemain. Nous faisons un petit détour par le sud de Grenoble pour aller rencontrer l’équipe des Festijeux, une structure proposant des manifestations autour du jeu. On passe un bon moment avec eux, à découvrir leur activité et aussi quelques jeux qu’ils veulent bien nous apprendre ! Nous partons ensuite par la piste cyclable qui longe l’Isère et le Vercors et empruntons bientôt les petits chemins à travers les champs de noyers. Max, un copain du lycée qui sera notre guide officiel jusqu’à Toulon, est assisté de son GPS pour débusquer les petits chemins tranquilles. Jennifer se charge de faire ses provisions de noix.
Le soir, des copains de Grenoble viennent passer la soirée avec nous au campement que nous avons établi au calme, près de l’Isère. C’est pratiquement la pleine lune et l’on n’entend plus que la rivière, le feu qui crépite et quelques airs de musique. Aldée profite de l’apéro pour porter un toast aux anciens voyageurs, et aux novices que nous ne serons bientôt plus. Les pommes de terre et les saucisses grillent au feu. Parmi ceux qui nous ont rejoint, on trouve des voyageurs à vélo. Charlo, Yoël et Pierrot qui nous ont fait partager leurs aventures. Aujourd’hui c’est à notre tour…

On approche du Sud

Nous continuons à avancer tranquillement vers le Sud en nous offrant de longues pauses à midi. La sieste est plus reposante que le tennis. Nous y jouons avec ce que nous trouvons : une balle, une raquette et une planche.
Nous passons la barre des 1000 kilomètres quasiment au moment où nous apercevons le Mont Ventoux pour la première fois, dans une jolie descente. Le soir, nous dormons entre les champs d’oliviers et de lavande.

Changement de rythme

Dimanche, nous décidons d’accélérer le rythme pour arriver à Toulon avant que le séjour de mes grands parents dans le Sud ne se termine et qu’ils ne repartent pour la Bretagne. Après une bonne journée de vent dans le dos, nous nous retrouvons 90 kilomètres plus loin le soir. Le décor commence à devenir méditerranéen : les pins se font plus nombreux, la luminosité change. Nous sommes dans le Lubéron et dormons derrière des roseaux, près de la Durance.

Au début du deuxième jour, nous nous apercevons que nous avons mal évalué les distances et il nous faut avaler plus de kilomètres que prévu si l’on veut atteindre Toulon à temps. Nous roulons la tête dans le guidon en prenant des relais en tête pour faire face au vent et protéger les autres. Nous commençons à douter de l’intérêt de rouler trois jours de cette façon. On ne prend plus le temps de regarder suffisamment autour de nous. Heureusement, le rythme change lorsque nous rejoignons de plus petites routes. Un repas sous les pins à ramasser des pignons et jouer un peu de musique nous fait le plus grand bien. Au cours de l’après midi, nous prenons aussi le temps de tester un jeu que nous avons appris récemment : le footamax.

Le soir du troisième jour, nous serons en principe à Toulon mais je suis d’abord victime d’une crevaison aux deux pneus. J’ai certainement roulé sur un buisson épineux entre le lieu de campement et la route… A midi, je cherche un nom pour mon vélo. Un nom qui le rendra résistant et fort, increvable. Max me rappelle que “le roseau plie mais ne rompt pas”. Rozo est alors baptisé mais subit une nouvelle crevaison dans l’après midi. Au moment de regonfler la chambre à air, elle passe certainement dans une petite ouverture que nous n’avons pas remarquée dans le pneu et le tout éclate. Je n’irai pas plus loin avec Rozo aujourd’hui mais l’assistance n’est pas loin. Je finis l’étape dans la voiture, avec Maman pendant que Max et Jennifer terminent la route à vélo. Ce n’était pas vraiment comme ça que j’imaginais notre arrivée chez moi !

Nous voilà à Toulon pour une durée indéterminée. Les vélos sont emmenés en révision, nous profitons du soleil et de la mer qui est encore très bonne… Nous passons aussi quelques jours dans l’école primaire de Toulon qui nous suit. Un grand merci à tous les élèves et aux enseignants qui nous accueillent si bien. Pourvu que ces enfants gardent le maximum de leur spontanéité !

Pas de commentaire »

Fil RSS des commentaires pour cet article. URI de Trackback

Laissez un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>