Regards d’ailleurs

Une route de rencontres

New Delhi

Enregistré dans : Actualité, Inde — Jen at 3:10 pm on Mercredi, janvier 24, 2007

Le voyage

De porte à porte, la liaison Istanbul - New Delhi nous prend plus d’une journée. Peut-être pour réaliser que notre plus grande richesse pendant ce voyage, c’est d’avoir le temps
24h pour changer de continent, de culture, de climat… On a beau se dire que 24h, c’est long, pour tous ces changements, croyez-nous, c’est court ! Et l’arrivée en Inde est quand même un choc. Parce que dès la sortie de l’aéroport (aseptisé), ce sont tous les sens qui sont chamboulés : regarder le spectacle des taxis qui entassent des montagnes de bagages sur leur toit, écouter le brouhaha de klaxons, sentir cette atmosphère incomparable à ce que l’on connaît… La sortie de l’aéroport est un vrai plongeon.

New Delhi, un gros village

Il y a bien des choses à visiter ici, mais la vie de la rue est un tel spectacle qu’on s’en contenterait bien… Les voitures, les bus, les rickshaws, les vélos, les motos, et même parfois les éléphants se côtoient sur la route poussiéreuse. Sur le côté, des vendeurs ambulants de bonbons, de fruits et légumes, d’échelles,… déplacent leurs marchandises sur des carrioles de bois. Les magasins fixes aussi participent à l’ambiance : le marchand de vélos répare des montures sur le “trottoir”, la devanture de l’échoppe de perles est couverte d’un tapis coloré et brillant, les odeurs des petits bouibouis viennent chatouiller les narines à l’heure de midi… En début d’après-midi, les enfants sortent de l’école et envahissent les rues, ajoutant au défilé de sarees, kemeez et turbans colorés, des uniformes d’écoliers.
Et toujours en bruit de fond, des klaxons et des oiseaux…

New Delhi, la capitale

Grand village certes, ça n’en reste pas moins la capitale de l’Inde !
Encore une fois, on est bien contents d’être hébergés par les locaux qui nous guident dans l’immensité de la ville. Ravi commence par nous balader dans les différents quartiers : le centre ville, construit par les anglais est bien distinct New Delhidu reste, beaucoup moins organisé. Mais il est aussi bien moins vivant ! On visite ensuite Qutb Minar, Lodi garden, Nizam-Ud-Din (un quartier musulman), Old Delhi (où même les voitures n’osent pas s’aventurer)… Trois étoiles au temple du Lotus, où toutes les religions sont invitées à méditer ensemble et en silence.
Pooja, la belle-fille de notre hôte, nous emmène dans les coins moins touristiques, mais plus marchands. On dégote un rétro de rickshaw pour remplacer celui que les douaniers stambouliotes ont cassé à l’aéroport… Elle m’initie aussi à la cuisine indienne : les chappatis (sorte de crêpes servant de base à beaucoup de repas), le dahi chicken (poulet au yaourt), le dalh (à base de lentilles). Je repars plein de recettes en tête !

États d’esprit

Les premiers jours ont été un peu durs, l’impression étrange et plutôt désagréable que le pays entier vous tombe dessus. Avec nos habitudes et réflexes européens, on se sent un peu perdus, sans savoir comment réagir ni se comporter. Seb doit en plus faire face au Delhi Belly, le mal de la nourriture épicée (c’est bon il est guéri maintenant !).
Depuis, pas d’autre choc. Pourtant, les peurs et les “malaises” ont disparus. Vivre une semaine dans le même endroit permet de comprendre ce qui fait la base de la culture et du pays : on ne s’étonne plus des rickshaws, de la nourriture, ou du marchand de jus de citrons, on en profite. C’est maintenant l’envie de reprendre les vélos et de “voir du pays” qui nous guide.
Le pays nous a absorbé, et on est fin prêts à découvrir ses richesses…

Pas de commentaire »

Fil RSS des commentaires pour cet article. URI de Trackback

Laissez un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>