Regards d’ailleurs

Une route de rencontres

Garder contact !

Enregistré dans : Préparatifs — Jen at 1:06 am on Samedi, septembre 9, 2006

Quelques uns d’entre vous nous demandent comment faire pour nous joindre. Voilà donc un point pratique !

Pour ceux qui ont Internet :

  • nos adresses mails fonctionnent toujours :
    • pour Séb : sebastien[at]regards[tiret du 6]dailleurs[point]com,
    • pour moi : jennifer[at]regards[tiret du 6]dailleurs[point]com, les adresses utc (etu.utc.fr et tremplin-utc.net).
  • nos adresses msn restent aussi valables, sans garantie (et peu de probabilité !) de présence…
  • les commentaires, le forum et le livre d’or du site !

Pour les adeptes de la bonne vieille lettre :

  • jusque début octobre, il faut tout envoyer chez Séb (269 chemin de la Beaucaire, 83200 Toulon)
  • après, on passera au système de la poste restante. Il faudra donc suivre notre route pour connaître les villes de passage dans lesquelles il sera possible d’envoyer ce que vous voulez (ou presque). Attention quand même, les lettres/colis ne restent que 15 jours (voire un mois) à la poste, après, ils sont renvoyés à l’expéditeur (ou détournés dans les poches du facteur…). Il faudra bien prévoir le coup !
  • Quelques règles à respecter :
    • le format de l’adresse :

Prénom NOM (respecter minuscules, majuscules, et l’”oubli” de titre. Il faut aussi souligner le nom de famille)
Poste Restante
General Post Office
VILLE
PAYS

  • ne pas oublier d’écrire votre adresse au dos de l’enveloppe (pour la réexpédition éventuelle).

Pour le téléphone, je garde mon portable pour la route française. Après, ce n’est plus la peine d’appeler !

Avec tout ça, vous allez bien trouver un moyen de nous raconter votre vie…;)

TOIT, l’asso du Népal

Enregistré dans : Actualité, Préparatifs, Népal — Jen at 12:59 am on Mardi, août 29, 2006

Namaste !

Voilà enfin des nouvelles de notre arrêt au Népal, prévu pour deux mois entre février et avril 2007.

L’asso s’appelle TOIT (pour The helping Organization for Indigents Tots). Elle se situe à Bakhtapur, à quelques kilomètres seulement de Katmandou. L’objectif principal de l’association est d’aider les enfants qui n’ont pas assez d’argent pour aller à l’école. Un système de parrainage a donc été mis en place. Et comme rien ne semble les arrêter, ils sont en train de construire une école ! Ils ont encore 1000 idées en tête : organiser des “journées arts”, emmener les élèves visiter des musées, des parcs, des sites historiques…

Je ne veux pas vous dire de bêtises, donc on vous expliquera plus longuement l’asso, les membres… une fois qu’on y sera passés. Pour patienter, vous pouvez aller naviguer sur les sites Internet suivants : en anglais (l’original), en français (le relais belge de l’asso népalaise). Pour les UTCéens, allez fouiner un peu à la prochaine journée des assos, vous trouverez bien un pti stand avec du thé népalais quelque part… J’en profite d’ailleurs pour remercier Tony pour tout le temps passé à discuter de TOIT, du Népal… et surtout de nous avoir mis en contact avec Indra, le président et fondateur de TOIT.

Parce que maintenant, c’est sûr, c’est là-bas que l’on passera nos deux mois népalais ! Pour l’instant, il est prévu qu’on fasse de l’animation avec les enfants (autour des jeux et de la musique), mais on s’adaptera bien sûr à ce dont l’asso aura besoin quand on y sera. D’ici là, on a le temps d’avoir plein d’idées de projets à mettre en place là-bas !

Un peu de lecture…

Enregistré dans : Préparatifs — Jen at 2:07 pm on Mardi, août 22, 2006

En attendant nos carnets de route, quelques livres pour commencer à voyager, à réfléchir…

Des récits de voyage :

  • Quatre enfants et un rêve, Christian et Marie-France des Pallières. Un livre que j’ai lu et relu bien avant de savoir qu’un jour je partirai ! Comme l’indique le titre, le couple est parti avec ses 4 enfants (de 6 à 11 ans). Ils ont tout vendu (maison, meubles…) pour s’acheter le camping-car qui leur a permis de relier Paris à Katmandou. Une belle école de la vie pour les enfants, une belle aventure en famille !
  • Le bonheur au bout du guidon, Christophe Cousin. Un tour du monde à vélo de plus de deux ans. J’ai bien aimé la réflexion de l’auteur sur son voyage. Le bouquin permet de partager ses découvertes, ses doutes, ses prises de conscience. Chouette livre !
  • Cyclo-nomade, Sept ans autour du monde, Jacques Sirat. C’est ce qu’on appelle un “beau livre” : du papier glacé et des belles photos. Il y a aussi les récits mais je n’ai toujours pas réussi à les lire dans l’ordre ! J’aime bien me balader dans son livre, surtout au gré des photos. Je m’arrête alors pour le chapitre qui m’interpelle : le Népal aujourd’hui, l’Argentine demain…
  • Longue marche, Bernard Ollivier. C’est en fait une trilogie : Tome I. Traverser l’Anatolie, 2000 ; Tome II. Vers Samarcande, 2001 ; Tome III. Le vent des steppes, 2003. Ce retraité a relié, à pied, Istambul à Xi’an par la route de la soie. J’ai beaucoup aimé les récits de ses (nombreuses) rencontres dont j’imagine souvent les visages. L’auteur ne raconte pas que le côté rose de son voyage… Intéressant.
  • J’avais un rêve… autour du monde, Béatrice Trémolet. Une ingénieur UTC, devenue professeur des écoles en revenant de son tour du monde. Le livre est écrit à la main, les illustrations des dessins et aquarelles faits pendant son voyage. En le lisant, on ne peut pas passer à côté des odeurs et des couleurs qu’elle décrit, tant elles sont présentes. Encore une nouvelle manière de ressentir (et de retransmettre) son voyage.
  • L’usage du monde, Nicolas Bouvier. Parti en voiture avec son ami peintre (et accordéoniste !) Thierry Vernet, Nicolas Bouvier est allé de Suisse en Inde (en 1953). Peut-être le plus mythique des livres de voyage. Ce n’est pourtant pas celui qu’on a préféré… Il faut aimer les looongues descriptions. Quelques extraits à noter, lorsqu’il prend du recul sur le voyage surtout. Un des plus connus : “un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt, c’est le voyage qui vous fait ou vous défait.” J’aimerai bien comprendre ce qu’apprécient les gens qui ont aimé le livre (savoir pourquoi je suis passée à côté, et Seb aussi). On attend vos réponses !

Des romans :

  • Le voyage de Théo, Catherine Clément. Théo est un ado atteint d’une maladie incurable selon les médecins. Qu’à cela ne tienne, sa tante l’embarque dans un tour du monde pour lui faire (et nous faire !) découvrir les principales religions de notre planète. Se lit très très bien. Une approche assez facile pour mieux saisir les religions.
  • Le sang du monde, Catherine Clément. La suite du voyage de Théo. Il a maintenant 26 ans et est devenu médecin humanitaire et écologiste convaincu. Il nous emmène cette fois-ci sur les sites les plus malades de la planète (l’assèchement de la mer d’Aral, la pollution du Gange, la déforestation, la pollution des mégalopoles, le traitement des déchets nucléaires…). Toujours aussi facile à lire, mais un peu plus romancé (Théo tombe amoureux…). Il manque peut-être l’effet de surprise (agréable) qu’on a en lisant le premier. C’est quand même un chouette livre !

Pour amorcer la réflexion :

  • L’art du voyage, Jean Chesneaux. Je cherchais un livre de “philosophie du voyage”. Le libraire* m’a conseillé celui-là, et il ne s’est pas trompé ! On prend conscience de choses plus ou moins évidentes sur les façons de voyager (”le voyage comme cheminement”, “le voyageur philosophant”, “quand le voyage entre en politique”…). Pour ceux qui veulent voir le voyage d’une autre manière.

*P.E. Boumendil, responsable libraire à Voyageurs du Monde à Grenoble (16 boulevard Gambetta, 04 76 85 95 97). A gauche de l’agence de voyage, la librairie offre un grand choix de guides de voyages, carnets de route, cartes… et le libraire toujours prêt à vous aider. Chouette adresse !

Pour apprendre et (tenter de) comprendre :

  • L’encyclopédie Gallimard jeunesse des religions, Découvrir les religions du monde. Un beau livre destiné aux enfants (on garde tous une part d’enfance, non ?…) : de nombreuses photos bien expliquées sur les fêtes et rituels, les costumes traditionnels, les bases des croyances, les symboliques… Les principales religions sont traitées : hindouisme, bouddhisme, confucianisme, taoïsme, shintoïsme, sikhisme, judaïsme, islam et christianisme. A offrir à vos enfants, neveux et nièces pour pouvoir le lire avec eux !
  • Hors série Le Point : Hindouisme, bouddhisme, taoïsme - Les textes fondamentaux des grandes religions d’Asie (janvier février 2006). Pour les passionnés seulement tant il faut s’accrocher pour suivre !! Il nécessite quelques connaissances avant de s’y plonger réellement. Heureusement, il est vraiment bien organisé : pour chaque religion, on trouve les textes commentés, les croyances et pratiques.
  • Hors série Courrier International : Inde, un autoportrait (mars avril mai 2006). Un recueil de reportages “à la rencontre de peuples méconnus et d’individus hors du commun”. Peuples, religions, culture, géopolitique, business… Permet de se faire une image de l’Inde moins stéréotypée que celle qu’on a l’habitude d’entendre. Un hors série qui se dévore dans le désordre, selon l’envie du moment.

Quels chemins explorer ?

Enregistré dans : Préparatifs — webmaster at 8:13 pm on Lundi, mai 1, 2006

Plan du voyage

Nos premiers coups de pédales nous feront relier la région parisienne à la côte méditerranéenne française au courant du mois de septembre 2006. Un premier bateau nous permettra alors d’atteindre rapidement la Grèce. Puis nous traverserons la Turquie, la Syrie et la Jordanie. Un bateau nous déposera alors en Egypte, avant qu’un cargo ne nous mène jusqu’en Inde. Nous évitons ainsi la traversée de l’Iran et du Pakistan, politiquement instables à l’heure actuelle. Nous retrouverons nos vélos pour nous rendre au Népal, où nous nous arrêterons pendant les mois de mars et avril 2007. Nous parcourrons ensuite la Chine, pour atteindre Pékin, d’où nous prendrons le transsibérien jusqu’à Moscou (traversant ainsi la Mongolie et la Russie). Nous consacrerons les derniers temps (été 2007) à la traversée de l’Europe de l’est, afin de nous réhabituer progressivement à des modes de vie plus semblables à ceux que nous connaissons déjà.