Regards d’ailleurs

Une route de rencontres

Jouer en Mongolie

Enregistré dans : Jeux, Mongolie — seb at 4:44 am on Jeudi, juin 14, 2007

Autour de leurs yourtes, les enfants mongoles disposent d’un jardin sans limites. On y joue quelques fois au foot ou au volley avec les enfants des familles qui nous accueillent ou avec ceux qui ont repéré notre tente, pourtant à l’écart d’un village. J’inaugure avec eux un cadeau d’anniversaire : une “balle” chinoise, sorte de volant fait de pièces de métal rondes et de plumes avec lequel on se fait des passes au pied.
Davka nous apprend quelques jeux de son pays après que nous ayons planté notre tente derrière chez elle.

Les pierres

Il vaut mieux y jouer à deux avec au départ 5 petits cailloux chacun. On en met entre 1 et 9 dans sa main fermée que l’on tend devant soi. Il s’agit de deviner le nombre de cailloux total. On annonce son pronostic en premier à tour de rôle puisque l’on peut faire quelques déductions du pronostic de l’autre. (Si il dit 3, c’est qu’il n’en a mis que 1 ou 2 ou alors qu’il bluffe…) Lorsque l’un des joueurs parvient a deviner, l’autre lui donne toutes les pierres qui se trouvent dans sa main. Il faut avoir récupéré toutes les pierres pour gagner.

La bataille de doigts

Tous les joueurs présentent un doigt devant eux. L’auriculaire bat le pouce qui bat l’index qui bat le majeur qui bat l’annulaire qui bat l’auriculaire. La boucle est bouclée.

La bataille de main

Les joueurs tendent une main à plat devant eux, paume vers le haut ou vers la bas. Sur les 3 ou 4 joueurs, il faut être le seul à avoir choisi un sens pour gagner. Hasard ou lecture dans les pensées…

A notre tour de leur apprendre un jeu. Je leur en propose un auquel je jouais avec Papoum (mon grand père) quand j’étais petit. Les deux joueurs placent une main devant eux, l’une au dessus de l’autre. Celui dont la main est située en dessous, paume vers le haut doit venir taper le dessus de celle de son adversaire (qui a la paume vers le bas) assez rapidement pour que ce dernier n’ait pas le temps de la retirer. Si il la rate, les rôles sont inverses.
Le frère de Davka avec qui je joue fait des gestes tellement amples pour pouvoir taper fort que je l’évite à tous les coups (sauf lorsque je rigole trop) On rit de la tension qui règne. Jeu intense qui nous rapproche beaucoup. Une bonne soirée à jouer…

Pas de commentaire »

Fil RSS des commentaires pour cet article. URI de Trackback

Laissez un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>