Regards d’ailleurs

Une route de rencontres

Le parcours

Environ 12 000 km à vélo. Ca ne suffit pas pour aller jusqu’à Pékin et revenir… C’est vrai ! On s’autorise à faire quelques sauts de mer ou de terre en transports. Allez, on détaille !

On commence par traverser la France du nord au sud (Compiègne - Grenoble - Toulon) au mois de septembre, puis l’Italie d’ouest en est début octobre. De Venise, on prend un bateau qui nous mènera en Grèce. En suivant les côtes, on arrive alors à Istambul début décembre. Changement de continent ! On roule jusqu’à Ankara, la capitale de la Turquie. Nouvelle année, nouveau pays ! On prend un avion jusqu’en Inde (on a bien cherché d’autres solutions, mais entre l’Iran et le Pakistan d’un côté, et la Syrie de l’autre, les actualités ne nous aident pas beaucoup… à notre grand regret). Quelques (!!) coups de pédale nous mèneront jusqu’au Népal, où il sera temps de s’arrêter presque deux mois dans l’asso (entre février et avril). Une fois nos batteries rechargées, on repart pour la Chine, Pékin exactement puisque c’est là qu’on peut prendre le transibérien. Ce train mythique nous fait traverser la Mongolie et une très grande partie de la Russie. Le terminus est à Moscou, où on compte arriver à la mi juin. Le détail du trajet pour parcourir les 3 300 derniers kilomètres n’est pas encore fixé… Traverser la Biélorussie ou préférer la Lettonie et la Lituanie ? Reste alors la route de Pologne, (la République Tchèque ?), l’Allemagne, puis la France. Et voilà !

Une carte pour illustrer tout ça (on fait de grands progrès en géographie, n’est-ce pas ?!) :

carte

Pas de commentaire

Fil RSS des commentaires pour cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.